Joyeux Noël et sainte année !

Noël, c'est l'anniversaire et le renouvellement spirituel de la vie divine dans le cœur des enfants de Dieu, c'est un appel pour les riches et les pauvres, les puissants et les faibles. C'est à Noël que nous est donné notre unique Espérance. Telle est la toujours grande et bonne nouvelle !

Noël célèbre la naissance de Notre-Seigneur Jésus-Christ. C'est a la fois l’anniversaire et le renouvellement spirituel de cette divine  naissance dans le cœur des enfants de Dieu. Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et sur la terre, paix aux hommes de bonne volonté.

En cette douce et sainte nuit de Noël, Dieu enrichit la terre du luxe surabondant de sa charité. Il ne peut pas donner mieux aux hommes : Il se donne lui-même, en son Fils, deuxième personne de la Sainte Trinité, le Verbe fait chair, conçu du Saint-Esprit et né de la Vierge Marie.
D’où la coutume chrétienne d’échanger cadeaux et nourriture comme signes de la surabondance de ce don divin ! Il appartient à chaque baptisé — frère de Jésus-Christ — d’entretenir en lui-même et autour de lui, le sens de cette coutume, tandis qu’hélas, en ces jours — désormais appelés « fêtes de fin d’année » — la déchristianisation volontaire efface les derniers vestiges qui rappellent le caractère chrétien de Noël au point d'étouffer cette coutume chrétienne par une surenchère dans l'étalement de luxe et des biens de consommation. Alors, préférons souhaiter « Joyeux Noël » selon la formule chrétienne et interdisons-nous le trop banal « joyeuses fêtes » devenu le passe-partout des sans-dieu !

L’Enfant-Dieu, emmailloté dans la crèche, a voulu se manifester d’abord aux bergers, par le ministère des anges. La vie modeste de ces hommes les disposait bien à recevoir, dans la simplicité des cœurs purs, l’annonce de ce mystère de la Foi : Dieu-fait-homme qui habite parmi nous. Comme à l’époque du premier Noël, aujourd’hui aussi les détresses matérielles et sociales sont immenses. Le cri de la précarité monte des places publiques du monde entier. Alors Noël reste toujours la grande et bonne nouvelle. Noël appelle les gens aisés à imiter la profusion divine par une charité surabondante. Noël appelle les pauvres à imiter la patience du Divin-Enfant, né pauvre parmi les pauvres. A tous, riches et pauvres, chefs politiques et chefs spirituels, Noël appelle à venir reconnaître Dieu tout-puissant en cet Enfant tout-faible, pour L’adorer et se soumettre à sa loi d’amour, comme l’ont fait les bergers et, plus tard, les Rois-Mages, venus de l’Orient.

Le retour de l’an nouveau — 2019 — rappelle que cet Enfant-Dieu est le Maître du temps et de l’éternité. Chaque jour, la date rappelle le début de notre ère, l’ère chrétienne : « Quand vint la plénitude du temps, Dieu envoya son Fils, né d'une femme, né sujet de la loi, afin de racheter les sujets de la Loi, afin de nous conférer l'adoption filiale » (Gal.4,4-5). Un Sauveur nous est donné : le Christ, Dieu fort, Notre Seigneur, Roi pacifique des nations. Il est notre unique Espérance.

Que Noël nous ancre dans cette espérance et nous fasse vivre le nouvel an dans la confiance en Jésus-Christ notre Sauveur et notre Seigneur.
Joyeux Noël et sainte année 2019 !

Abbé Patrick Duverger